Le recteur Mallet obtient cependant du ministre de l'éducation Olivier Guichard que le projet d'université pluridisciplinaire se réalise si au moins 10 % des enseignants de la faculté des sciences se prononcent favorablement au départ de certains de leurs membres pour la nouvelle université, et obtient après consultation 13 %. Chaque année, la licence de psychologie est l’une des formations les plus demandées sur Parcoursup.Pour comprendre l’organisation, les débouchés et les matières de la licence de psychologie, nous avons interrogé la FENEPSY, la Fédération Nationale des Étudiants en Psychologie. Aux échanges académiques s'ajoutent des visites ponctuelles de personnalités étrangères, comme l'inauguration en 2007, par le premier ministre de Corée du Sud, d'un « jardin coréen » dans un patio des Grands Moulins[61]. Parmi cette population entrante, ceux issus d'un échange Erasmus représentent sur la période 2003-2008 entre 0,52 et 0,74 % des étudiants de l'université, plaçant l'établissement entre la 52e et la 61e place des universités françaises pour ce type d'accord[59]. Dans le domaine scientifique, des personnalités comme le lauréat du prix Nobel de physique 2006[95] George Fitzgerald Smoot[96],[97],[98], ou le lauréat du prix Nobel de physiologie ou médecine 1980[99] Jean Dausset ont enseigné à l'université, de même que le membre de l'Académie des sciences Jean-Michel Savéant, l'astrophysicien découvreur des anneaux de Neptune André Brahic, le recteur de l'Agence universitaire de la Francophonie Bernard Cerquiglini, ou encore le premier président du Comité consultatif national d'éthique Jean Bernard. Le secteur « Lettres Langues et Sciences Humaines » rassemble les écoles « Littérature, Image, civilisations et sciences humaines (domaines francophone, anglophone et d'Asie orientale) », « Économies, espaces, sociétés, civilisation, pensée critique, politique et pratiques sociales », « Géographie de Paris - Espace, Sociétés, aménagement », « Recherches en psychanalyse », et « Savoirs scientifiques : épistémologie, histoire des sciences, didactique des disciplines »[35]. À la rentrée 2015, l'université Paris Diderot propose 27 mentions de licence dont 8 spécialités de licence professionnelle, 192 diplômes universitaires/inter-universitaire, un diplôme d'ingénieur, un diplôme universitaire de technologie et un diplôme de recherche technologique[48]. L'université est principalement implantée dans le quartier Paris Rive Gauche[39], mais dispose aussi d'installations rue Charles-V (UFR études anglophones), dans l'Immeuble Montréal rue de Tolbiac (UFR GHSS et Sciences sociales), rue du Chevaleret (UFR Mathématiques et Informatiques) et rue de Paradis (UFR Sciences humaines cliniques). Le ministère appuie alors le départ de ces enseignants[5]. 874 d'entre eux sont doctorants[57] et 927 sont scolarisés dans le cadre d'accords bilatéraux (dont 331 en Erasmus)[56]. Elle a été créée en 1971 à la suite de la scission de l'université de Paris. L'université délivre également sept mentions de licence professionnelle. Diderot Campus prépare aux métiers de la diététique et de la nutrition à travers des formations BAC+2 à BAC+5 : BTS Diététique, Bachelor Diététique et Nutrition Humaine ou Sportive, Master of Science en Diététique et Nutrition Humaine ou Sportive.. La diététique et la nutrition sont deux disciplines jeunes en pleine expansion. Jean Bernard, alors directeur de l'institut de recherche sur les leucémies, et opposé à la séparation entre les sciences et la médecine, se rapproche du projet porté par Robert Mallet[7]. On y trouve des unités de formation et de recherche (UFR), des instituts, des départements, ainsi que des services communs[32]. L'opposition au démantèlement est plus forte à la faculté des sciences dirigée par le doyen Marc Zamansky. 3 482 étudiants étaient boursiers sur critères sociaux (proportion supérieure à la moyenne parisienne) ; la proportion de boursiers avec un échelon 5 étant supérieure à la moyenne nationale[76]. ����4��!�����B� ��X�. Selon les chiffres publiés en janvier 2015 par le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, 93 % des diplômés 2011 de Paris 7 en Sciences humaines et sociales et en Sciences, technologies et santé occupaient un emploi trente mois après l'obtention de leur diplôme, 92 % en Lettres, langues, arts, 98 % en Psychologie[55]. En 2007-2008, l'université compte 5 152 étudiants étrangers (soit 21 % de sa population étudiante)[56], dont 25 % inscrits dans une formation en sciences, 29 % en santé, 46 % en lettres, langues et sciences humaines. Des journalistes comme le lauréat du prix Albert-Londres 1984 Jean-Michel Caradec'h, la chercheuse en biologie Alice Meunier, des philosophes comme Gilles Dowek (grand Prix de philosophie 2007), l'eurodéputée allemande Evelyne Gebhardt, la biomathématicienne Dominique Costagliola, la géophysicienne Mioara Mandea, l'astronome et astrophysicienne Fabienne Casoli, l'avocate Aïcha Kadhafi et la ministre Cécile Duflot ont étudié à l'université[102]. Le taux d'enseignants-chercheurs publiants dépasse 80 %, et 72 % d'entre eux sont dans des unités classées A ou A+ par l'AERES[68]. L'université dispose d'écoles doctorales qui ont la charge du suivi des étudiants en troisième cycle universitaire, mais aussi de la gestion des habilitations à diriger des recherches. En lettres et sciences humaines, quatre unités entières rejoignent l'université, l'unité d'anthropologie, ethnologie et sciences des religions, l'unité de didactique des disciplines scientifiques, l'institut d'anglais, et l'unité de langues et civilisations de l'Asie orientale; en outre une unité de sciences des textes et des documents est créée par des membres de l'unité de littérature et langue françaises ne souhaitant pas rejoindre l'université Paris IV, et un département de recherches linguistiques est créé[11]. Les matières enseignées en BTS Diététique sont principalement orientées sur la santé en matière de nutrition. « Interdisciplinaire pour le vivant », « Matière Condensée et Interfaces », « Médicament, Toxicologie, Chimie et Environnement », « Particules, noyaux et cosmologie », « Physiologie et physiopathologie », « Physique de la région parisienne », « Physique et chimie des matériaux », « Santé publique : Épidémiologie et sciences de l'information biomédicale », « Sciences de l'environnement », « Sciences de la Terre » et « Sciences mathématiques de Paris Centre »[35]. 75012 PARIS Ligne 1 (Reuilly-Diderot) - Ligne 8 (Montgallet) POUR POSTULER Contacter : Mme Mathilde MARMIER Service de Protection Maternelle et Infantile 76 rue de Reuilly - 75012 Paris Tél. L'université Paris-VII naît ainsi non seulement d'une simple scission administrative mais aussi d'une division politique et pédagogique au sein des chercheurs scientifiques issus des facultés de l'université de Paris. Un premier rapprochement est opéré en janvier 2006 avec la création de l'association Paris Centre Universités, qui regroupe alors l'université avec celles de Paris 1 et Paris 5[24], alors que les autres universités parisiennes s'étaient unies autour du projet de Paris Universitas l'année précédente. Ces unités sont restées sur le campus de Jussieu[16]. En 2012, le Ranking Web of World Universities lui attribue la 786e place au niveau mondial et la 303e au niveau européen[74]. En novembre 1995, Jean-Pierre Dedonder, alors président, présente le projet de déménagement aux autorités de tutelle. L'université a été membre du PRES Sorbonne Paris Cité depuis le 31 mars 2010[4]. Le nom est officiellement adopté par l'université à la suite des « journées Denis Diderot » organisées du 2 au 5 novembre 1994[19]. PK ! Parmi les personnalités liées à l'université, deux enseignants ont obtenu un prix Nobel, et deux autres ont exercé la fonction de ministre de l'Éducation nationale en France. À partir de membres des unités de physiologie végétale et botanique, de physiologie animale, et de biologie, zoologie. Établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel, Locaux tampons en attente de finalisation du campus Paris Rive Gauche, Sites hospitaliers et cliniques universitaires. Après un relevé cadastral de ses locaux effectué en 1989, l'université n'a posé la question du déménagement du campus qu'au début des années 1990 : il s'est avéré que le coût final de location de locaux tampons aurait été aussi élevé que le coût de construction de locaux neufs. L'université a passé 1 104 accords d'échange avec 293 institutions étrangères dans 53 pays, dont 188 avec des universités européennes[60]. La première pierre des premiers bâtiments a été posée le 30 septembre 2004[21] par François Fillon, alors Ministre de l'Éducation nationale[22], et celle des quatre derniers le 21 janvier 2011 par Valérie Pécresse, alors Ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche[23]. 913.9k Followers, 278 Following, 6,791 Posts - See Instagram photos and videos from OKLM (@oklm) L'établissement dispense ses formations par des UFR, des instituts, ainsi que des départements dédiés aux formations de première et deuxième années de licence. D'autres bibliothèques sont aussi gérées en dehors du campus principal et couvrent les domaines des Lettres et sciences humaines, de la santé, ainsi que des sciences, ou encore des mathématiques, de linguistique et de langues, ou de sciences humaines et sociales. L'établissement occupe différents locaux dans le 13e arrondissement de Paris. » par Michelle Perrot, Pauline Schmitt-Pantel et Fabienne Bock apparaît ainsi comme pionnier ; de nombreux universitaires y intervinrent. L'UER de mathématiques, qui ne dispose que de trois salles de cours avant la création des secteurs 24-34-44 du campus, doit héberger l'administration de l'université[17]. Jusqu'en 2005, le campus de Jussieu compte près de 40 000 étudiants, soit le double de l'effectif prévu initialement, hébergeant simultanément trois établissements universitaires comportant locaux administratifs, laboratoires de recherche, amphithéâtres, salles de travaux dirigés et salles de travaux pratiques. Intervention du ministre lors de la pose de la première pierre de l'université Denis Diderot - Paris 7, Fillon invite les facs à passer à la vitesse supérieure, Pose de la première pierre des 4 derniers bâtiments du grand campus de la Zac Rive Gauche - Université Paris Diderot-Paris 7, Universités parisiennes : l'Opération campus vaut bien quelques rapprochements, Mariages arrangés pour les facs parisiennes, Décret n° 2010-143 du 10 février 2010 portant création de l'établissement public de coopération scientifique « Université Paris Cité », Les présidents de l'université Paris Diderot depuis sa création, Vincent Berger remplace Jean-Yves Mérindol à l'Elysée, Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur février 2009, Implantation de l'Université, Saint-Louis, Bibliothèque de l'UFR d'odontologie Garancière, L'Université Paris Diderot a mis en place un plan ambitieux pour la réussite en licence, Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur janvier 2011, Insertion professionnelle des diplômés 2011 de Master, Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Programme Erasmus : Classement français des universités françaises les plus performantes par années académiques, Inauguration des premiers bâtiments du nouveau campus Paris Rive Gauche, Laboratoires de Lettres, Langues, Sciences Humaines et Sociales à Paris Diderot, Prix Diderot Innovation 2016 : découvrez les lauréat.e.s, Activités et formation sportives proposées aux étudiants et personnels de l'Université, Sport Chanbara - Université Paris Diderot - Paris 7, Guide des associations étudiantes 2010-2011, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, Le prix Nobel américain George Smoot travaille désormais pour Paris Diderot, Le Nobel Georges Smoot embauché à Paris-7, Les leçons du recrutement d'un Prix Nobel américain à Paris-Diderot, par Vincent Berger, The Nobel Prize in Physiology or Medicine 1980, Avec la loi sur l'autonomie, Luc Ferry ne peut plus sécher ses cours, Les 20 ans de Cécile Duflot : « Mes études n'ont fait que renforcer mes convictions », Cérémonie de remise des titres de docteur, Rapport d'évaluation de l'université Paris 7 - Denis Diderot, Analyses régionales des évaluations réalisés entre 2007 et 2010, Région Ile-de-France, académies de Paris, Créteil et Versailles, Rapport d'activité et de performances, exercice 2009, Enseignement de la psychanalyse à l'université, Classement académique des universités mondiales, Institut national polytechnique de Toulouse, Instituts nationaux des sciences appliquées, École nationale des travaux publics de l'État, École nationale d'ingénieurs de Saint-Étienne, École nationale supérieure des arts et industries textiles, École nationale supérieure d'ingénieurs de Caen, École nationale supérieure de chimie de Paris, École nationale supérieure de mécanique et d'aérotechnique, École nationale supérieure de mécanique et des microtechniques, Institut national polytechnique Clermont Auvergne, Institut national universitaire Jean-François-Champollion, Institut français d'archéologie orientale, Conservatoire national des arts et métiers, École des hautes études en santé publique, École des hautes études en sciences sociales, École nationale supérieure des sciences de l'information et des bibliothèques, Groupe des écoles nationales d'économie et statistique, Institut national des langues et civilisations orientales, Institut national du sport, de l'expertise et de la performance, Institut supérieur de l'aéronautique et de l'espace, Communautés d’universités et établissements, Université polytechnique des Hauts-de-France, https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Université_Paris-Diderot&oldid=178787271, Catégorie Commons avec lien local identique sur Wikidata, Article de Wikipédia avec notice d'autorité, Page pointant vers des bases relatives à la recherche, Portail:Universités françaises/Articles liés, licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions, comment citer les auteurs et mentionner la licence. Évolution démographique de la population universitaire. Les universités Paris-III, Paris-V et Paris-VII décident en 2017 d'une fusion initialement prévue pour le 1er janvier 2019[28]. Comme tout établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel (EPSCP), l'université est dirigée par un président élu à la majorité absolue des membres élus du conseil d'administration. Lors de la cérémonie de remise des titres de docteur honoris causa le 3 avril 2003 en Sorbonne, Benoît Eurin, alors président de l'université, décerne, en présence de l'historien du droit français Maurice Quénet, la distinction à neuf personnalités[103] : Aravind Joshi, Stephen K. Krane, Goverdhan Mehta, Edward Said, Reinhart Koselleck Henry P. McKean, Salman Rushdie, Livio Scarsi et Tatsuo Suda. Il essaie alors d'obtenir la création d'au moins une université de ce type[5]. Un programme on ne peut plus vaste et de ce fait passionnant. Avant les évènements de Mai 1968, il existait une seule université à Paris créée aux alentours de 1200, supprimée en 1793 et recréée en 1896. L'année suivante, ce chiffre monte à 1 159 étudiants (dont 782 américains)[58]. L'université est partenaire du Nouveau quartier latin (NQL 13). Les activités associatives sont portées au niveau institutionnel par un bureau de la vie étudiante, et par un vice-président étudiant, poste mis en place lors de l'application de la loi LRU. Revenir en haut En sciences, trois unités sont divisées entre Paris VI et Paris VII, les unités d'algèbre et géométrie, de biochimie, et de biologie génétique, et trois unités sont créées par regroupement de membres de dix unités ayant rejoint Paris VI, une unité de biologie[12], une unité de physique[13] et une unité de chimie[14], auxquelles s'ajoute la création d'un département de géologie[15]. Les formations en santé sont structurées autour de l'institut universitaire d'hématologie, ainsi que de deux UFR de santé (odontologie et médecine)[33]. L'université doit faire face dès sa création à des problèmes de locaux concernant ses composantes scientifiques, qui doivent partager avec l'université Paris VI le campus de Jussieu. Il se décline en 14 mentions. La densité des activités physiques et sportives se témoigne par une très grande diversité des disciplines[77] : sports de combat, sports collectifs, sports de raquettes, activités artistiques, activités aquatiques, activités de plein air. Arrêté du 21 mars 1970 et arrêté du 18 novembre 1970. Il est par ailleurs le siège de l'IUT Paris Jussieu. L'université Paris Diderot[n 1] (Paris 7)[3] était une université pluridisciplinaire située à Paris, et faisait partie des sept universités de l'académie de Paris. L'université est aussi à l'origine du Prix Diderot Innovation, décerné en 2006[69], 2007 et 2009 en partenariat avec le CNRS et relancé en décembre 2015[70]. À partir de membres des unités de chimie physique, de chimie organique, et de chimie inorganique, le site de l'Academic Ranking of World Universities, le site du Ranking Web of World Universities. Les étudiants de l'université disposent par ailleurs d'accès et de prêt gratuit dans d'autres bibliothèques parisiennes. À la rentrée 1968, la faculté de médecine est divisée en dix facultés[6]. Professeure en physiologie depuis 1995, Christine Clerici a rejoint l’UFR Médecine de Paris Diderot en 2002. Elles sont définitivement transférées, à partir de juin 2012, dans le bâtiment M6A1 (19 et 21 Rue Croix-Jarry), qui héberge désormais l'UFR de Linguistique. : 01 71 28 56 76 znguvyqr.znezvre@cnevf.se [mathilde.marmier puis paris.fr après le signe @] Poste à pourvoir à compter du : 24/10/2020. La faculté des lettres avait déjà été divisée entre les nouvelles universités de Paris I, III, IV et V. Un groupe d'enseignants, principalement anglicistes mais aussi géographes, ne se retrouve pas dans les projets pédagogiques de ces universités et se joignent eux aussi au projet[8]. En 2011, la finalisation du déménagement se poursuit avec la construction de quatre nouveaux bâtiments dans le cadre de la deuxième phase de construction (Tour Voltaire, Lamarck A, Sophie-Germain et Olympe-de-Gouges), afin de réunir en 2012 toute l'université sur une superficie bâtie de 210 000 m2[40]. Le master est délivré dans trois domaines qui se déclinent en mentions, puis en spécialités et éventuellement en parcours : Sciences et technologies (quatre mentions, seize spécialités[52]), Sciences de la vie, de la santé et de l'écologie (onze mentions, trente-six spécialités[53]) et Sciences humaines et sociales (treize mentions, cinquante spécialités[54]). Elle occupe 8 000 m2 sur cinq niveaux, et dispose en 2011 de 1 400 places, de 120 postes informatiques, de neuf salles de travail en groupe, de trois espaces de consultation des DVD de la bibliothèque et de deux salles de formation. Ces sites disposent de ressources propres comme des bibliothèques : une de 280 places sur le site Villemin[45] et une de 576 places à Bichat pour l'UFR de médecine[46], et une de 98 places[47] pour celle d'odontologie. Ses fonds, organisés en quatre pôles (« Lettres et arts », « Sciences humaines et sociales », « Histoire, géographie, ville », et « Sciences »), comptent en 2011 quelque 180 000 documents (livres, thèses, cartes et DVD), 1 000 revues papier et 16 000 titres de périodiques électroniques, 925 livres électroniques et 101 bases de données. Les formations en odontologie sont regroupées rue Garancière dans le sixième arrondissement[43], et les formations en sciences humaines cliniques rue de Paradis[44].