Leur plaisir est un d�sir d’oubli, d’enfouissement, de sommeil, de n�ant, de mort. De plus, Jeanne est une m�tisse, une quarteronne, une femme de couleur, gr�ce � laquelle la po�sie fran�aise trouve enfin ses plus �clatantes couleurs. du - traduction français-anglais. Pendant l’�t�, chaque week-end, Laure Dautriche raconte l’histoire d’un chef-d’œuvre qui a �t� cr�� pendant un �t�. � quoi bon cela ? Récapitulons la journée : avoir vu plusieurs hommes de lettres, dont l’un m’a demandé si l’on pouvait aller en Russie par voie de terre (il prenait sans doute la Russie pour une île) ; avoir disputé généreusement contre le directeur d’une revue, qui à chaque objection répondait : « — C’est ici le parti des honnêtes gens, » ce qui implique que tous les autres journaux sont rédigés par des coquins ; avoir salué une vingtaine de personnes, dont quinze me sont inconnues ; avoir distribué des poignées de main dans la même proportion, et cela sans avoir pris la précaution d’acheter des gants ; être monté pour tuer le temps, pendant une averse, chez une sauteuse qui m’a prié de lui dessiner un costume de Vénustre ; avoir fait ma cour à un directeur de théâtre, qui m’a dit en me congédiant : « — Vous feriez peut-être bien de vous adresser à Z… ; c’est le plus lourd, le plus sot et le plus célèbre de tous mes auteurs, avec lui vous pourriez peut-être aboutir à quelque chose. Que j’aime voir, ch�re indolente,De ton corps si beau,Comme une �toffe vacillante,Miroiter la peau ! Pourquoi « vierge folle » ? Ma femme est morte, je suis libre !Je puis donc boire tout mon so�l.Lorsque je rentrais sans un sou, Ses cris me d�chiraient la fibre. PILEFACE.com © 2005-2021 Une lettre de suicide de Baudelaire s’envole aux ench�res, www.sanslimitesn.com S'informer Pour Informer Gabriel Lefebvre , Illustration pour A celle qui est trop gaie , 2005. Continuez. Pour noyer la rancoeur et bercer l’indolenceDe tous ces vieux maudits qui meurent en silence,Dieu, touch� de remords, avait fait le sommeil ;L’Homme ajouta le Vin, fils sacr� du Soleil ! Certains po�mes d�j� existants, comme « Spleen » se voient augment�s de nouvelles strophes. Play chess live or against computer. Horrible ville ! Ce po�me fait partie des « Tableaux parisiens », des Fleurs du mal. Connu comme un des initiateurs de l’art fauviste, il est particuli�rement renomm� pour ses portraits de femmes, Le serpent qui danse de Charles Baudelaire. la tyrannie de la face humaine a disparu, et je ne souffrirai plus que par moi-même. Aphrodite, Sapho. L’art est comme l’azur, c’est le champ infini. A par Au d�but, c’�tait l’�lite qui aimait � se retrouver dans ces lieux de convivialit� o� l’art de la conversation s’�chappait des salons litt�raires. Ce poème en prose d’une lucidité assez noire est à rapprocher de L’Examen de Minuit, et aussi du poème introductif Au Lecteur dans les Fleurs du Mal. Offense morale religieuse, outrage bonnes mœurs Quelques jours après la parution des Fleurs du Mal de Charles Baudelaire le 21 juin 1857, le journaliste Gustave Bourdin en fustige le contenu le 5 juillet dans un article du La cha�ne Histoire vient de rediffuser un excellent documentaire « Nadar, le premier des photographes » o� l’on peut voir, outre les portraits tr�s connus de Baudelaire, un portrait peu souvent reproduit : « Charles Baudelaire au fauteuil » : Nadar, grand portraitiste des ann�es 1850 et de la boh�me parisienne, photographie le po�te Charles Baudelaire (1821-1867) entre 1855 et 1858 au cours de trois s�ances de pose, au moins. Quant � la direction g�n�rale de la S�ret� publique, l’�quivalent du minist�re de l’Int�rieur, un rapport confidentiel indique que Les Fleurs du Mal sont un outrage aux mœurs, � l’Eglise, et presque � la patrie. Quand Baudelaire, dans « Lesbos », parle de « baisers chauds comme les soleils » ou « frais comme les past�ques », de baisers qui sont « comme les cascades », « orageux et secrets, fourmillants et profonds », j’ai, ou je n’ai pas, l’exp�rience personnelle de ces f�eries de bouche. C’est intéressant comment le sens de la «nuit», «silence», etc. A 8 heures du matin, il bondit comme un fou hors du lit en criant : - Merde, ma femme… et la réception d’hier soir ! Enfin ! Et qui alors fait scandale. Mais les Fleurs n’avaient jamais cess� de distiller leurs voluptueux parfums angoiss�s et toxiques. Une pensée choisie qui vous fera rire, sourire ou réfléchir... et que vous pouvez recevoir par e-mail chaque matin. Un poême trop long et trop prolixe pour être un beau poême ! Mais c’est Manet qui fera le portrait de Jeanne Duval, la ma�tresse de Baudelaire, celle qui illumine Les Fleurs. En 1916, lorsque le mus�e des Beaux-Arts de Budapest a acquis le tableau, le conservateur Simon Meller, administrateur, a r�dig� un int�ressant descriptif sur le registre des achats. Entre ces deux bornes, le r�cit d’un voyage dans l’exp�rience du Mal, que le po�te entend comme le contraire de la vertu autant que comme celui de la sant�. Il regarde pour se voir regarder. Mais non, Baudelaire a �crit « redout�s ». Les Epaves. Mais ce ne sera pas le cas. « L’agitation de l’esprit dans le Mal, pourquoi voulez-vous la priver de sa libre expression, aussi os�e qu’elle vous semble ? », « La profonde originalit� de Charles Baudelaire, c’est, � mon sens, de repr�senter puissamment et essentiellement l’homme moderne ; [...] l’homme physique moderne, tel que l’ont fait les raffinements d’une civilisation excessive, l’homme moderne, avec ses sens aiguis�s et vibrants, son esprit douloureusement subtil, son cerveau satur� de tabac, son sang br�l� d’alcool en un mot, le bilio-nerveux par excellence, comme dirait H. Taine. Sont mis en cause six po�mes, parmi les plus sulfureux du recueil, que le procureur tente de faire interdire au nom de la morale publique. Donc maladie v�n�rienne, syphilis, sida. Cher Baudelaire, j’aurais aimé vous connaître… et vous chantez l’Univers…, magnifique inventaire nocturne ,ô combien êm dur…. Ils sont trop compliqu�s, ces po�mes, �litistes, contraires aux « gay and lesbian studies », on peut m�me y discerner une vieille composante religieuse malsaine. "Je me souviens, dit Sollers, surtout de Francis Bacon parlant avec Michel Leiris, dans un coin, chuchotant presque. Mais le prix � payer est une rage st�rile, sans cesse renouvel�e, comme s’il s’agissait de fuir un infini int�rieur. Condamn�. Clou de la vente, cette lettre de Baudelaire, dat�e de juin 1845, � l’adresse de sa ma�tresse Jeanne Duval, �tait estim�e entre 60.000 et 80.000 euros. Ils appartiennent aussi au cin�ma. Baudelaire devait d’ailleurs, une nouvelle et derni�re fois, en 1862, poser devant l’objectif de Nadar, Manet traduisant en gravure l’une des �preuves alors obtenues. Il y a mis toute son �nergie, toute sa chair pour traduire le mieux possible dans ces po�mes ses propres sentiments et ses sensations. (Cr�dit : La Cause litt�raire), Charles Baudelaire dit par Serge Reggiani (archive INA) , function centrarVentana(theURL,winName,features, myWidth, myHeight, isCenter) { //v3.0 5. Le narrateur de la « Recherche » passe son temps � essayer de p�n�trer dans le « noir myst�re », objet de sa jalousie. Une des rares d�corations que le r�gime actuel peut accorder, vous venez de la recevoir. Baudelaire est le premier voyant, roi des poètes, un vrai Dieu. J’aurais aimer habiter Paris à son époque afin de le rencontrer! Ecraser ma t�te coupableOu me couper par le milieu,Je m’en moque comme de Dieu,Du Diable ou de la Sainte Table ! Sa conscience, ainsi continuellement épiée, feint une attitude naturelle en vacant à ses affaires quotidiennes. La maison de vente Osenat organisait ce dimanche (04/11/2018), � Fontainebleau, un apr�s-midi consacr� aux �crits de grands �crivains. Et il avait �t� acquitt�. 6. Rimbaud, lettre à Paul Demeny, 15 mai 1871. Entends-tu retentir les refrains des dimanchesEt l’espoir qui gazouille en mon sein palpitant ?Les coudes sur la table et retroussant tes manches,Tu me glorifieras et tu seras content ; J’allumerai les yeux de ta femme ravie ;A ton fils je rendrai sa force et ses couleursEt serai pour ce fr�le athl�te de la vieL’huile qui raffermit les muscles des lutteurs. Votre "morale prude et b�gueule", o� conduit-elle A faire croire que tout est bien, que tout est bon, que tout est beau ... Quelle abominable hypocrisie... », « J’ai pass� ma vie enti�re � apprendre � construire des phrases ; et je dis, sans crainte, sans crainte de faire rire, que ce que je livre � une imprimerie est parfaitement fini », La sentence plonge le po�te dans une profonde d�pression. Le sieur Baudelaire, je tiens � le rappeler, a �crit, parmi tant d’autres incongruit�s insupportables, deux vers sur la prostitution qu’il faut effacer des biblioth�ques et de la m�moire humaine : Mais le po�me qui devrait d�finitivement dispara�tre, le plus abject et le plus vicieux, est certainement Les M�tamorphoses du Vampire. seul ! Le compteur a failli s’arr�ter � 140 000 euros pour repartir de plus belle. Cette crapule invuln�rableComme les machines de ferJamais, ni l’�t� ni l’hiver,N’a connu l’amour v�ritable. La naissance du d�sir reste inscrite dans le velours ou la moleskine.". Une lettre de jeunesse de Charles Baudelaire de sept pages et demi annon�ant son intention de se suicider s’est vendue dimanche � 234.000 euros, trois fois le prix estim�, lors d’ench�res par la maison Osenat de missives de l’auteur des "Fleurs du mal". est équivoque (est-ce qu’ils signifier le calme, les mauvaises réflexions, ou peut-être les deux ?) Catalogue d’exposition qui s’est d�roul�e en 2017, � Bordeaux... � la Cit� du vin de Bordeaux, en 2017, une exposition dirig�e par St�phane Gu�gan �voquait les tr�s riches heures du bistrot fran�ais, havre des solitaires, tribune sociale permanente, espace d’�changes intellectuels et de conciliabules sentimentaux. Cette madone des lits s’adresse � son « cher savant » pour lui r�v�ler que, « docte aux volupt�s », « les anges impuissants se damneraient pour elle ». D�di�es au « po�te impeccable » Th�ophile Gautier, les « fleurs maladives » ne passeront pas l’�t�. On peut supposer que, la veille, il a lu ces po�mes os�s � Mme Pinard. Ce vin-l�, il est exclu que les Pinard le boivent � travers les si�cles. Oui exactement. Le journal Le Figaro �crit un article auquel Baudelaire ne s’attend pas : "Toutes ces horreurs de charnier �tal�es � froid, ces ab�mes d’immondices fouill�s � deux mains et les manches retrouss�es, devaient moisir dans un tiroir maudit.". Parmi les plus beaux vers de Baudelaire, ceux-ci, dans A celle qui est trop gaie : Cette fois, nous sommes avec une soeur (« mon enfant, ma soeur »), c’est-�-dire dans une autre dimension incestueuse que celle de la m�re froide (Baudelaire en sait beaucoup sur ce sujet). Elles prot�gent un « noir myst�re », et Baudelaire a �t� choisi pour le chanter, ce qui est �minemment condamnable. Il sait ce qu’il fait, il assiste en critique � son inspiration, la conseille, l’excite, la mod�re, la dirige et la fait aller o� il veut. "Quand Mademoiselle Jeanne Lemer vous remettra cette lettre, je serai mort (...) Je me tue parce que je ne puis plus vivre, que la fatigue de m’endormir et la fatigue de me r�veiller me sont insupportables", �crit le po�te. On n’entend plus que le roulement de quelques fiacres attardés et éreintés. Dans ce grand r�agencement le changement le plus significatif reste l’introduction d’une section nouvelle, les Tableaux parisiens. sous la direction de St�phane Gu�gan Gallimard, 160 p., 29 euros. Vous avez bien lu : quatre-vingt-douze ans apr�s, sans parler des d�sastres de deux guerres mondiales.Ernest Pinard (qui a d�j� requis contre Flaubert) d�fend la morale publique, c’est-�-dire la morale tout court. > Baudelaire �rotique, A quoi le comparer sinon, à un miroir naturel, émotionnel, d’une personne solitaire qui trouve refuge et comme témoin la mer nuit. Je sais combien il faut, sur la colline en flamme,De peine, de sueur et de soleil cuisantPour engendrer ma vie et pour me donner l’�me ;Mais je ne serai point ingrat ni malfaisant. C’est un petit recueil de vers d’un auteur qui est alors peu connu du public, �crit par un certain Charles Baudelaire. Baudelaire exag�re : c’est maintenant le Cantique des cantiques (tr�s peu lu, en g�n�ral, par les Pinard), qu’il imite, qu’il parodie, qu’il souille.Les Bijoux : Que voulez-vous, ces bijoux sont indiscrets, et le mot « bijou » lui-m�me, m�lant le faste � la nudit�, ne me para�t pas, � moi, Pinard, � sa place. Il a alors 24 ans et vivra encore 22 ann�es. (Ajout A.G.). Oui, retirer 6 po�mes sur 120, pour Baudelaire, c’est le drame absolu. Le mot "drague" convient probablement mieux. Viktor Kirtov | 5 novembre 2018 - 12:12 2. Mme Pinard avait peut-�tre des bras un peu velout�s, mais devait cacher avec circonspection sa nature de vampire. Conf�rence de Philippe Sollers � l’Institut du Monde Anglophone (Paris), le 22 juin 2001. Baudelaire a des visions et des hallucinations, soit. Un myst�re doit le rester, surtout s’il est « noir ». Version imprimable    et � l’horizon, un ciel livide d’ennui. C’est dans ce « pas d’homme » radical que Baudelaire s’introduit, en faisant parler comme jamais les actrices de cette r�cusation fi�vreuse. Au sein de l’exposition #ModeleNoir, qui se tient au Mus�e d’Orsay jusqu’au 21 juillet 2019, une section est d�di�e � Jeanne Duval, une actrice parisienne m�tisse. D. R. nous dit ce qu’il repr�sentait pour elle. Chacun le constate, il est le seul à ne pas le voir, aveuglé par l’intense éclat de sa propre lumière. », Que dire de ce Poème? Viktor Kirtov | 22 mars 2018 - 14:52 6, Anniversaire : le 21 mars 1910 s’�teignait F�lix NADAR, photographe des figures �minentes du XIX�me si�cle. Procès Fleurs du Mal, Baudelaire. C’est plutôt une effusion de pensées et émotions qu’un poème typique, mais c’est assez efficace dans ce format. Parmi ceux-ci, la version int�grale des « Petites vieilles » de Charles Baudelaire, un po�me qui la relie � sa m�re, � son enfance. Siège social : 27 place Bellecour 69002 Lyon - Tél : 04 28 29 16 06. Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne, Je partirai. Dans « les Bijoux », Pinard voit une « femme nue, essayant des poses devant son amant fascin� » (a-t-il demand� ce service � Mme Pinard ? Les �crivains sont r�guli�rement victimes de la censure. », « Et plus des Esseintes relisait Baudelaire, plus il reconnaissait un indicible charme � cet �crivain qui, dans un temps o� le vers ne servait plus qu’� peindre l’aspect ext�rieur des �tres et des choses, �tait parvenu � exprimer l’inexprimable. Il est � d�couvert. La Cour de Cassation r�habilitera Baudelaire le 31 mai 1949. Nul ne peut me comprendre. Bistrot ! Pr�voyant l’orage, Baudelaire �crit � son �diteur : Vit, cachez mon livre. Gratuit. D 22 janvier 2007     8. aussi indigne que profond�ment inutile. S’avan�aient, plus c�lins que les Anges du mal,Pour troubler le repos o� mon �me �tait mise,Et pour la d�ranger du rocher de cristalO�, calme et solitaire, elle s’�tait assise. , Mais Baudelaire r�agit de fa�on surprenante, il fait retirer son recueil tout entier ? Et qui alors fait scandale. Peu importe, ici, que l’homosexualit� f�minine soit un d�guisement de la masculine, c’est elle qui attire le r�cit, le charge, le fait br�ler. ». Sous le fardeau de ta paresseTa t�te d’enfantSe balance avec la mollesseD’un jeune �l�phant. Elles ne sauraient en aucun cas troubler la science, le progr�s, l’humanisme, l’�volution des moeurs, la paix des m�nages. Les champs obligatoires sont indiqués avec *. Il est l’un des poètes les plus célèbres du XIXe siècle : en incluant la modernité comme motif poétique, il a rompu avec l’esthétique classique ; il est aussi celui qui a … Biographie, portrait pour connaître la vie, naissance et mort d'un personnage historique, de notre histoire, célèbre ou méconnu. Sont donc vis�s les po�mes suivants : « les Bijoux », « Sed non satiata », « le L�th� », « A celle qui est trop gaie », « le Beau Navire », « A une mendiante rousse », « Lesbos », « Femmes damn�es », « les M�tamorphoses du vampire ». Verdict : une amende, doubl�e d’une interdiction imm�diate de six po�mes du recueil, ceux dont l’�rotisme et le sadisme sont le plus affich�s. Il est ce tr�s �trange h�t�rosexuel admis au « noir myst�re ». La mélancolie est reine. */ Je sais que d’aucuns pr�tendent que Baudelaire a d�masqu�, � travers l’hyst�rie, la frigidit� et l’impuissance originelles comme moteurs de la fr�n�sie sexuelle ; je sais qu’il a revendiqu� comme une d�couverte capitale que l’�tre humain, poss�d� par cette impasse, �tait en g�n�ral indiff�rent � la po�sie. Charles Pierre Baudelaire est un poète français, né à Paris le 9 avril 1821 et mort le 31 août 1867 à Paris. Ce samedi, "Les Fleurs du Mal" de Charles Baudelaire. Sollers se souvient encore de la pr�sence "impressionnante" de Giacometti � La Coupole et de "l’arriv�e de Beckett et de son ivresse" au D�me, "autre �tape du Paris noctambule". C’est le mutiler. Baudelaire nous dévoile ses sentiments « une image m’opprime ». On conna�t les rapports �troits entre Baudelaire et Courbet. Un poète troublé par le changement de Paris Tout comme le Cygne, Baudelaire est perturbé par tous les bouleversements qui ont lieu dans Paris. Quant � Baudelaire, la Cour de Cassation le r�habilitera en 1949, en annulant le jugement. La r�putation du beau-fils est tr�s mauvaise. A une passante. Une heure du matin c’est le meilleur moment pour faire le bilan de sa journée. Loin de ces bouches profanes et de ces idées obscures que l’on se revelle à soi. Âmes de ceux que j’ai aimés, âmes de ceux que j’ai chantés, fortifiez-moi, soutenez-moi, éloignez de moi le mensonge et les vapeurs corruptrices du monde, et vous, Seigneur mon Dieu ! C’est un petit recueil de vers d’un auteur qui est alors peu connu du public, écrit par un certain Charles Baudelaire. Puis il en pr�sente les possibles rem�des, donnant � voir la maladie du Mal dans toute sa complexit�. Il a le don, mais il a aussi le travail. Vous nous parlez aujourd’hui d’une oeuvre majeure de la littérature : les Fleurs du Mal de Baudelaire, publiées à l’été 1857. Avec ses noirs enchantementsSon cort�ge infernal d’alarmes,Ses fioles de poison, ses larmes,Ses bruits de cha�ne et d’ossements ! Edition totale � 270 exemplaires, ici n° 39. Comme un flot grossi par la fonteDes glaciers grondants,Quand l’eau de ta bouche remonteAu bord de tes dents. Edition illustr�e de quarante sept compositions en couleurs par Manuel Orazi, Le Vasseur et Cie, Paris, 1934.Nous vous pr�sentons sur pileface les illustrations de cette �dition : cliquer l’image ci-dessous pour les d�couvrir : Source : Gallica / Biblioth�que nationale de France qui a num�ris� cette �dition et rendue accessible au public d�but 2019. l’int�grale de cette �dition : Texte et images ICI. Baudelaire n’a aucun succ�s aux Etats-Unis, c’est prouvable. Les Fleurs du mal est un recueil de poèmes de Charles Baudelaire, englobant la quasi-totalité de sa production en vers, de 1840 jusqu’à sa mort survenue fin août 1867. Et l�, les Pinard � travers les �ges, voient avec horreur leur fille (qu’ils adorent), bless�e d’un coup de couteau au flanc (plaie christique), et le po�te malade, � travers ces « l�vres nouvelles », lui infuser son « venin ». Pendant quelques heures, nous posséderons le silence, sinon le repos. window.open(theURL,winName,features+((features!='')? Allégorie. Pourtant, ce recueil retrace le parcours initiatique de Baudelaire qui vit une descente aux enfers. Vous nous parlez aujourd’hui d’une oeuvre majeure de la litt�rature : les Fleurs du Mal de Baudelaire, publi�es � l’�t� 1857. Ils boivent et fument � la terrasse du caf� Bonaparte. On disait « tribades » (c’est d’ailleurs le terme que Pinard emploie � l’audience). � la mort de Manet, sa veuve a identifi� le mod�le, et le tableau a �t� inventori� sous le titre La Ma�tresse de Baudelaire. [...] Je puis donc dire que s’il est, parmi nos po�tes, des po�tes plus grands et plus puissamment dou�s que Baudelaire, il n’en est point de plus important. Condamn�. Baudelaire pense que ce sera la m�me chose pour lui. Alors il d�cide de le retirer compl�tement. D’autres changent de place, d�log�s par l’ajout de nouveaux. L’amour entre femmes implique, on le sait, le rejet et l’exclusion de l’homme con�u comme brutalit� d�florante et bestialement reproductrice. Trop tard : la machine judiciaire est en marche. 10. Charles Baudelaire, Petits poèmes en prose, 1869. To add more shock to your site, visit www.DHTMLShock.com ". Comme un navire qui s’�veilleAu vent du matin,Mon �me r�veuse appareillePour un ciel lointain. Et o� �a ? Gustave Courbet , Les dormeuses , 1866. � te voir marcher en cadence,Belle d’abandon,On dirait un serpent qui danseAu bout d’un b�ton. Kees van DONGEN et Charles BAUDELAIRE Affol�, ne se sentant pas du tout coupable, Baudelaire cherche un avocat c�l�bre pour le d�fendre. . Tes yeux, o� rien ne se r�v�leDe doux ni d’amer,Sont deux bijoux froids o� se m�leL’or avec le fer. « Ce que Proust imagine, Baudelaire le voit. A post-so : j’aimerais bien savoir d’où provient cette citation (j’ai l’impression d’un coup d’épée dans l’eau). CIII - Le Crépuscule du Matin. ',':''; LES FLEURS DU MAL Abel et Caïn. A la fin de cet �t� �prouvant, apr�s cette condamnation en plein mois d’ao�t, il obtient dix jours plus tard le soutien d’un de ses prestigieux coll�gues : Victor Hugo. La capture d’�cran ci-dessus est issue de la photo originale d�tenue par le Mus�e d’Orsay : � Mus�e d’Orsay, dist. Légende saint Nicolas, histoire, vie, miracles du saint. « la Plume et le Pinceau », illustrations de Gabriel Lefebvre, 96 p. Pr�face de Philippe SollersLe Nouvel Observateur du 13-10-05 (extrait)L’Infini 93, Hiver 2005, p. 34Discours Parfait, Gallimard, 2009, p. 272. J’y ai interview� des �crivains de passage � Paris. RMN-Grand Palais / Patrice Schmidt, Les chefs-d’œuvre de l’�t� : « Les Fleurs du Mal » (Europe 1), J’implorai d’elle un rendez-vous,Le soir, sur une route obscure.Elle y vint ! 11. On est donc bien en enfer, mais dans la r�v�lation inou�e que la mort, au fond, jouit f�mininement d’elle-m�me. Mais on sait que Proust �tait plus qu’intrigu� par Baudelaire, et qu’au fond il ne voulait pas admettre son h�t�rosexualit� sp�ciale. Jeanne elle-m�me est une « �me cruelle et sourde », un « tigre ador� », un « monstre aux airs indolents ». Mais rien n’est naturel chez lui, et c’est cette conscience sans immédiateté qui fait de lui un si grand poète. } Dans « le L�th� », il voit « une vierge folle dont la jupe et la gorge aigu� aux bouts charmants versent le L�th� ». De l�, on le sait, vient le tableau de Courbet, Le Sommeil ou Les Dormeuses, ou encore Paresse et luxure. ». 4. 13 eaux-fortes dont 3 � pleine page, Il l’avoue lui-m�me : il aime « � la fureur » « les choses o� le son se m�le � la lumi�re ».Donc la femme nue (avec ses bijoux sonores) est couch�e et « se laisse aimer ». ». Permettez-moi de finir ces quelques lignes par une f�licitation. Sur ta chevelure profondeAux �cres parfums,Mer odorante et vagabondeAux flots bleus et bruns. En toi je tomberai, v�g�tale ambroisie,Grain pr�cieux jet� par l’�ternel Semeur,Pour que de notre amour naisse la po�sieQui jaillira vers Dieu comme une rare fleur ! Le c�l�bre portrait du mus�e de Budapest repr�sente Jeanne Duval, la ma�tresse de Charles Baudelaire.Baudelaire et Manet �taient amis, et c’est � Paris, dans l’atelier de la rue Guyot, que l’artiste peint la « V�nus noire », beaut� cr�ole en vogue � l’�poque. Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées, Sans rien … ... À une heure du matin. Ils sont onze, mais ils ne jouent pas au football. il rouvre ses dossiers, reprend ses carnets, et s’attelle au seul et unique chantier capable de lui remettre du baume au cœur : la seconde �dition de ses Fleurs. Une sélection de poèmes écrits par Charles Baudelaire, célèbre poète symboliste français né en 1821 à Paris où il meurt en 1867. Quelle beauté! Date de naissance : Le 09 Avril 1821 à Paris, France Date de décès : 31 Août 1867 ... A une Dame créole. C’est probable). la suite des planches sur V�lin d’Arches. « Ce que je sens, explique-t-il � sa m�re en d�cembre, c’est un immense d�couragement, une sensation d’isolement insupportable, une peur perp�tuelle d’un malheur vague, une d�fiance compl�te de mes forces, une absence totale de d�sir, une impossibilit� de trouver un amusement quelconque... Je me demande sans cesse : � quoi bon ceci ? Curieusement, ces pi�ces ne seront pas condamn�es, comme quoi l’�poque faiblit d�j� sur l’orthodoxie religieuse (presque plus personne n’y croit). J’entend presque les fiacres. Il a �t� mis en musique par Georges Chelon, en 2009. Lui, le po�te maudit, est pourtant convaincu d’avoir achev� son grand œuvre : « J’ai pass� ma vie enti�re � apprendre � construire des phrases ; et je dis, sans crainte de faire rire, que ce que je livre � une imprimerie est parfaitement fini.